Facebook interdit les publicités qui « découragent » les vaccins

Pascal Rossignol / Reuters

Un médecin vaccine un patient dans le cadre du lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière à Gouzeaucourt, en France, le 13 octobre 2020.



Facebook annoncé il n'acceptera pas les publicités qui découragent les vaccins, le dernier exemple de l'approche plus agressive du géant social pour réglementer le contenu et les publicités à l'approche des élections américaines et de la pandémie qui se prolonge.

La société a déclaré que l'interdiction des publicités anti-vaccin faisait partie d'un nouvel effort visant à soutenir les efforts de vaccination dans le monde, notamment en encourageant les gens à se faire vacciner contre la grippe.



Notre objectif est d'aider les messages sur l'innocuité et l'efficacité des vaccins à atteindre un large groupe de personnes, tout en interdisant les publicités contenant des informations erronées qui pourraient nuire aux efforts de santé publique, a écrit Kang-Xing Jin, responsable de la santé de l'entreprise, et Rob Leathern, directeur de la gestion des produits pour l'équipe publicitaire.



Ils ont déclaré que la nouvelle politique s'appuie sur une politique existante qui interdit les publicités contenant des canulars sur les vaccins.

Désormais, si une annonce décourage explicitement quelqu'un de se faire vacciner, nous la rejetterons, a déclaré la publication de la société annonçant la nouvelle politique.

Donie O'Sullivan @donie

Avant cette semaine, certaines personnes auraient pu penser que Facebook avait déjà interdit le négationnisme et les publicités anti-vaccins.

16:31 - 13 oct. 2020 Répondre Retweet Favori

Twitter



La semaine dernière, Facebook contenu interdit lié au délire de masse QAnon , a annoncé une interdiction des publicités électorales et sociales après la fermeture des sondages le 3 novembre, et a déclaré qu'il supprimerait le contenu qui encourage les gens à regarder les sondages lorsque ces appels utilisent un langage militarisé ou pourraient intimider les électeurs ou les fonctionnaires.

Lundi, il a annoncé qu'il supprimerait tout contenu négationniste. En 2018, le PDG Mark Zuckerberg mentionné il pensait que la négation de l'Holocauste devrait être autorisée sur la plate-forme pour protéger la liberté d'expression. Hier, il a déclaré que sa réflexion sur la question avait évolué.

Plus à ce sujet